Fouilles à l’hôpital Royal Victoria: une botte pour enfant retrouvée

Metro Montreal

Metro / Metro Montreal 95 Views 0

Les fouilles effectuées sous l’hôpital Royal Victoria auraient mené à la découverte d’une botte pour enfant il y a environ deux semaines. Il s’agit du lieu où les Mères mohawks croient que des enfants autochtones ayant été impliqués dans un programme secret auraient été enterrés anonymement.

«C’est une des pièces à conviction qui pourrait servir à expliquer la présence de restes humains dans cette zone», explique l’anthropologue et accompagnateur des Mères mohawks, Philippe Blouin.

Un lien entre la présence de sépultures d’enfants autochtones et la botte ne peut malheureusement pas être établi en raison du manque de coopération de la société québécoise d’infrastructures (SQI), selon M. Blouin. «En ce second, les Mères mohawks ne sont pas mises au courant d’où se trouve cet artefact. La société d’infrastructure refuse de permettre à l’skilled légiste d’analyser les bottes», affirme l’anthropologue.

Un bras de fer qui proceed

Depuis l’annonce des travaux sur l’hôpital Royal Victoria, la SQI, l’Université McGill et les Mères mohawks sont en litige alors que les mères souhaitent que des fouilles et des études soient réalisées pour déterminer si des enfants autochtones ont été, ou non, enfouis sur les lieux.

La rigidity ne semble pas s’atténuer entre les events au second de cette nouvelle découverte, alors que M. Blouin accuse la SQI de «minimiser» certaines informations qui porteraient à croire que des sépultures sont bel et bien sous le sol. Les travaux ont d’ailleurs été interrompus le 25 juillet dernier «après une agression des Mères mohawks par les brokers de sécurité sur les lieux», partage M. Blouin.

En juillet dernier également, un scan des sols par géoradar aurait permis de détecter plusieurs lieux où se trouvent de potentielles sépultures. «Le nombre de cibles détectées par les géoradars a été minimisé par la SQI dans ses communiqués et ses infolettres à la inhabitants étudiante», accuse l’anthropologue. Ils réduisent à 9 cibles potentielles, alors que le rapport fait état d’un nombre plus grand de cibles que neuf».

Alors qu’un panel d’archéologues a été choisi conjointement par les différentes events à des fins de session en avril, la SQI refuserait de permettre à ces specialists d’analyser les résultats du scan et émettre des recommandations, selon M. Blouin. Ce sont plutôt «des cols blancs» qui interprètent les résultats. Une state of affairs problématique alors que ceux-ci n’ont pas nécessairement le savoir method nécessaire à une bonne analyse du scan.

Malheureusement, il semble trop tard pour rectifier la faute. «La demande de permis pour excaver 9 cibles & est déjà envoyée au ministère, mais en passant sous silence les autres», selon M. Blouin.

Au second de publier ce texte, la SQI n’a pas répondu aux questions de Métro.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé, dès 17h, de l’actualité de Montréal.

Comments